fbpx
Journal

Comment Facebook a perdu toute une génération ?

Parmi les journées mondiales qui remplissent notre calendrier, il y en a une qui fait particulièrement sourire : la journée mondiale sans Facebook. Parce qu’à une époque, ce n’était pas qu’une plateforme qui permet de s’inscrire plus rapidement sur les sites internet et de ne pas oublier l’anniversaire de nos potes.

Finalement, aujourd’hui, être sans Facebook, n’est-ce pas le quotidien pour des millions de personnes ?

Notice: Undefined variable: class_cols in /var/www/html/wp-content/themes/agence-nest/sections/single-text_col.php on line 7

Est-on sûr que Facebook est bien mort ?

Eh bien… pas vraiment.

En 2023, Facebook est toujours le premier réseau social en France, avec 3 milliards d’utilisateurs actifs mensuels. Et c’est le cas partout dans le monde, avec 3 030 milliards d’utilisateurs actifs mensuels.

 

 

Mais l’impression que le réseau de Mark Zuckerberg est mort n’est pas un hasard. En un an, en France, on peut noter qu’il connaît une baisse de 24% sur son chiffre d’affaire. Ce n’est pas rien.

 

Mais, comment expliquer cette chute ?

La raison est simple : c’est un phénomène naturel.

Après la hype, vient la normalisation.

En clair : sur un réseau social, comme pour d’autres tendances, les jeunes sont souvent précurseurs, et donc la cible marketing privilégiée. Ils arrivent, adorent et adhèrent.

Ce qui a pour effet direct de faire monter le réseau social et d’en faire parler.

Et à force d’en entendre parler, les autres sphères de la population connaissent et s’inscrivent.

C’est donc comme ça que l’arrivée plus massive de générations plus âgées a dépossédé Facebook des jeunes. Parce que, pour résumer de façon grossière : être jeune, c’est être cool. Et être cool, c’est sans les parents.

Spoiler alert ? C’est déjà ce qui est en train de se passer avec Instagram, et c’est ce qui se passera sans aucun doute sur TikTok.

Mais l’arrivée de papa, maman, tonton et mamie sur Facebook n’est pas la seule cause de cette lente fin.

En effet, à force de vouloir plaire à autant de gens qui n’ont pas les mêmes aspirations, Facebook est devenu un grand n’importe quoi.

Désormais, Facebook permet surtout d’échanger des messages privés, acheter des tables basses ou une Dacia, regarder des Reels… et même des choses encore plus folles : un service de crise pour se signaler en cas de catastrophe, un site de rencontres, un “centre de climatologie”, un “espace santé émotionnelle”.

Oui, oui : tout ça dans le menu que vous ne consultez sûrement jamais.

Comment Facebook prévoit-il de rester dans la course ?

Pendant que les jeunes désertent Facebook, où sont-ils ? Probablement sur TikTok. Né en 2016, le réseau social a atteint plus d’un milliard d’utilisateurs actifs en cinq ans, là où Facebook en aura attendu presque neuf.

Alors, comment parvenir à garder la tête hors de l’eau quand la génération Z regarde ailleurs ?

Facebook prévoit de s’adapter à leur codes. Histoire de rajouter encore un peu de bazar dans ce grand fouillis.

D’abord, en essayant d’investir à grande échelle dans le Métaverse… ce qui visiblement n’était pas l’idée la plus viable.

Puis, en faisant évoluer le réseau vers l’ère de la « découverte sociale ».

Dans une interview avec l’Associated Press, Tom Alison, le Président de Facebook, précise : « Il y a environ deux ans, nous avons dit non : toute notre gamme de produits doit changer, évoluer et s’adapter aux besoins des jeunes adultes. […] Nous voulons que Facebook soit l’endroit où vous pouvez vous connecter avec les personnes que vous connaissez, les personnes que vous voulez connaître et les personnes que vous devriez connaître ».

En 2022, Facebook intègre notamment les vidéos courtes, déjà présentes sous forme de Reels sur Instagram. Désormais, Facebook s’arme des IA pour alimenter son algorithme, comme le fait TikTok.

À voir si cette stratégie sera suffisante pour tirer leur épingle du jeu, ou s’ils prévoient d’y intégrer un soupçon d’originalité dans le futur.

Spécialisée dans le Branding, l’Agence Nest vous accompagne sur vos problématiques d’identité et d’image de marque, sur la définition de votre stratégie de contenu ou encore sur la création des éléments graphiques qui vous aideront à vous démarquer.

Un commentaire ?

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aucun commentaire sur cet article.

Dernières actualités

Vous êtes sur le courrier du coeur des marques et de la communication.

Toutes les actualités